Et à plus long terme ?

À très, très long terme, c’est-à-dire au-delà d’une dizaine d’année, soit vers 2030, nous envisageons la mise en place sur la Haute Haie de lieux répondant à d’autres besoins.

 

Un projet éducatif

Le premier pourrait être une école, en premier lieu à destination de la scolarisation primaire des enfants de la communauté, mais que nous pourrions poursuivre au niveau secondaire. Le naufrage de plus en plus complet de l’Éducation nationale, la perte des repères et de la culture commune, la baisse générale du niveau proposé, la dépendance qui y est construite aux écrans et aux nouvelles technologies nous incitent en effet à penser dès maintenant des alternatives.

Cela étant, ce projet, extrêmement coûteux en temps, en espace, en énergie et en moyens, ne pourra se faire que si nous réussissons à passer à une échelle supérieure.

 

Un projet spirituel

Le second pourrait être un centre, même modeste, dédié à la spiritualité que nous voulons promouvoir. Nous ne souhaitons en effet pas seulement être un refuge dans l’effondrement civilisationnel à venir : autant que possible, nous voulons contribuer à faire advenir l’humanité de demain, celle qui devra reconstruire dans le temps de l’après-pétrole.

Cela implique un énorme travail sur les mentalités, les représentations, que nous devons commencer dès maintenant : il s’agit d’aider les hommes à repenser leur rapport à eux-mêmes, aux autres, au monde et à tous les êtres vivants.

Pour l’instant, cet aspect de notre projet passe surtout passe un gros travail théorique mené depuis une quinzaine d’années, mais à long terme, un lieu spécifique pourrait être dédié à cette évolution spirituelle et morale que nous promouvons.